Fallacies of Socialism

Posted by on April 1, 2012

Few years ago I was forced to return to France in order to take care of a situation that happen in my youth while serving in the French military. In December of 1970, I happen to be injured while on exercise in the Alps. I broke my left wrist which was poorly attended to by military surgeons remaining painful all my life, getting worse with time.
On several occasion while in the States I attempted to contact the French Veterans Office without positive results so I returned to the country of birth. I was there for two weeks when I learned of my brother’s untimely death. He was four years younger than me. Mother was devastated, incapable of anything but cry so I decided to leave behind the country I loved. Not to mention the purchase in 2005 of my brother’s share of the family home.
After my brother’s death, I contacted the French Social services which deal with disabilities for all people, not only military personnel. I was send to various doctors and all were in awe that I could have functioned with such arm. After six months of various doctors appointment, one carpal tunnel surgery which did do anything to alleviate the pain, it was decided that I should go to major intervention which would remove the end of my ulna and have a piece of metal attached to the radius. Artrodese is the fancy name for it. As you can see, those guys couldn’t even give the right size screw for it and one of them is to long and every time I accidentally touch it, it’s literally hell.
After that, I decided since the military wouldn’t recognize their responsibilities, I decided to turn to civilians for help.
In 2009, I send a form with the help of a local social service employee. In the mean time I also send a letter to the Prime Sinister Francois Fillon. A month later I received a letter Matignon (home of the French office of the Prime Sinister) telling me my own letter was forwarded to the Sinister of Defense. Few weeks after that another letter from the military arrived saying I had to redo my entire file since I hadn’t done anything since the first claim in 1974. Apparently they were not aware of all other claims I had done since that. I felt discussed.
Return to the social worker.
She was gone, transferred and this time it was a dude. I explain everything (again) and he started another file. By the time of my next appointment he was gone, replaced by a dudette.
A third or fourth file was started.
In view of the difficulties I encountered, I send a letter to the local rep, a socialist. I met with his local help, the guy spending most of his time (and taxpayers money in Paris in his FREE apartment). Less than week later, I received a letter from him with a beautiful print of the French Capitol (it’s the place were most elected official go to take a nap after a copious meal we paid for while one speaker tries to speak softly in order not to wake up those wonderful people) on the envelope and on the letterhead. WOW this is were taxes go.
He mentioned another letter to the Disabilities Agency of Meurthe et Moselle, the region I lived now. Within a week, the said agency ask me to gather a file because the first one I send in 2009 had been lost. So I did. That was in May of 2011. In February of this year (2012), I got contacted by the office giving me an appointment with a “Medecin Conseil” the official who would determine my level of disability.
On the due date, I arrived a good fifteen minutes early just to make sure. I waited and hour and half surrounded by people which were mostly from the other side of the Mediterranean when finally my name was called. I went inside.
Les Erreurs du socialime

Il y a quelques années de cela, je fus obligé de revenir en France pour regler une situation, un problème survenu lorsque je servais dans l’armée française. En décembre 1970, alors que mon bataillon était en manœuvre dans les Alpes, je fus victime d’un accident. Je cassais mon poignet gauche qui, ayant été mal soigné, me fit souffrir toute ma vie.
En de nombreuses occasion alors que je vivais aux USA, j’essayais de contacter les services des handicapé militaires en vain donc je fis ce voyage de retour dans la pays ou j’avais vu le jour. J’y étais depuis deux semaines quand j’appris la mort subite de mon frère cadet. Mère était dévastée, incapable de quoi que ce fut excepter pleurer donc je pris la décision de rester en France, laissant derrière moi le pays que j’aimais. De plus en 2005 j’avais racheté la part de mon frère de la maison familiale, autre raison de rester.
Âpres le décès de mon frère, je contactais les services sociaux français, ceux qui s’occupaient de toutes personnes handicapé, pas seulement les handicapés militaires. Je fus envoyé voir de nombreux spécialistes qui s’étonnèrent tous que j’ai pu fonctionner avec un avant bras dans cette état. Âpres six mois de rendez vous médicaux variés, une opération du canal carpien totalement inutile, il fut décidé que je devrais recevoir une opération majeure qui supprimerait le bout de mon cubitus et avoir un morceau de ferraille attaché a mon radius. Le joli mot employée etait artrodese.
Comme vous pouvez le voir sur la photo, les médecins ne furent même pas capable de me donner la bonne longueur de vis, car l’une d’entre elle est trop longue et si par hasard je me heurte, c’est littéralement l’enfer.
Les services de reforme militaires ne voulant rien faire je me tournais vers les civils pour de l’aide, tout cela en m’occupant de Mère sans la moindre compensation qu’il paraît que j’aurais du avoir.
En 2009, avec l’aide d’une assistance sociale, je créais un dossier pour pension d’invalidité. En même temps j’envoyais une lettre au Premier Sinistre François Fillon lui expliquant la situation. Un mois plus tard, je reçu une lettre de Matignon m’indiquant que MA lettre avait ete passé au Sinistre de la Défense. Ces derniers me contactèrent affirmant que puisque je n’avais rien fait depuis ma reforme originale en 1974, il fallait que je recommence tout le dossier. Qu’était il arrive de toutes mes autres demandes? J’en restais ecoeuree.
Retour a l’assistante sociale.
Elle était partie, transférée et cette fois c’était un mec. Il fallu tout reexpliquee, et recommencer un autre dossier. Au moment du rendez vous suivant le mec avait ete remplacé par une nana.
Troisième ou quatrième dossier, j’avais perdu le compte.
En vue de toutes les difficultés que je rencontrais, je décidais d’écrire au dépité local un socialiste. Je rencontrais son représentant local, le dépité lui même dépensant son temps (et l’argent du contribuables dans son appartement Gratuit) a Paris. Une semaine plus je recevais une lettre avec imprimée avec en plus de mon nom et adresse, une représentation du Parlement. (C’est l’endroit ou les élus français vont pour faire la sieste après un copieux repas bien arrosé payé par les contribuables également pendant qu’un autre élu essaie de chuchoter une nouvelle loi pour être sure de ne pas éveiller ces braves gens). WOW voilà ou allaient les zimpots. Il (le depite) m’annonçait qu’une autre lettre avait été envoyée a la MDPH of Meurthe et Moselle.la région ou j’habite maintenant. Une semaine plus tard une lettre de cette même MDPH me demandait de refaire un dossier, celui de 2009 ayant été perdu. Je le fis donc, c’était mai 2011. En février de cette année (2012), je fus contacter avec la date d’un rendez-vous chez un « médecin conseil », « l’officiel » qui déterminerai mon degrés d’invalidité.
A la date donnée, j’arrivais même avec 15 mns d’avance pour erre sur. J’ai attendu prés d’une heure et demi entouré de gens en provenance du sud de la méditerranée quand finalement mon nom fut appelé. J’entrais.

Leave a Reply

Or

Your email address will not be published.

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>