Growing up in Piennes Lorraine, Radio Caroline the making of a rebel, Grandir a Piennes la creation d’un rebelle

Posted by on September 3, 2014

Recently I decided to sell stuff  on Ebay.com rather than use the French counterpart.  At the end of every description I wrote about “Growing up in Piennes Lorraine” which is a way of explaining  buyers who I was.  One day I received a question to buyer and to my surprise it was from a gentleman living near Piennes who had a youth very similar to mine.  His neighbor was an American from the 49th Fighter Bomber Wing based in Etain but living in Landres.  I slipped him my local number.  He called.  I will of course not make any references to his name.  He did stop by the following week and we talked for nearly two hours.

 

more et

 

Our lives seemed to follow similar lines.  We did a lot of the same goofy stuff, something I will get back to in later posts, all this without ever meeting at the time.  At one point I told him how at night with my younger brother we would listen to a “pirate radio station” on a boat that would put real good music on, crusing the international waters between England and France.  He burst in laughter and told me: That’s Radio Caroline“.  That was it.  My brother and I would listen to that station nearly every night on an old “galena radio receiver” with a huge antenna hidden in the attic built with copper wire we stole at the mine.  I mean we didn’t really steal it, it was everywhere.  It was the wires used by miners to connect detonators to batteries when blowing new tunnels and locals were using it for all sorts of things, like holding parts in chicken coop to tie tomato or green bean plants to stakes and could be found everywhere.

 

Actually at first we set the antenna in our bedroom but somehow it wasn’t long enough not to mention mom who saw it and tore it down giving her an other excuse to punish us.   So we decide it to place it in the attic where no one ever went.

The most difficult part was going to the attic, there wasn’t any stairs.  We had to bring a ladder to the trap leading to it.   Mom was watching us like a hawk, looking for any excuses to punish us.  But we got lucky I guess, one day she went to a “tupperware” party at a friend’s place.  Dad was at work and Grandma was in the backyard caring for her plants.  So we brought a solid steel home-made step ladder to the corridor leading to the attic, all this without leaving a trace behind us.  The ladder was very heavy.  My uncle made it with iron from the mine, and welded it with rods from the mine (oups).

The house is about 10 meter by 10 meter of surface on 3 stories.  The attic is of the same size (deuh)  We needed some nails to attach the wire to it.  But I got to tell you this was the longest antenna ever made by kids.  It was at least 1000 yards long.  But then we found ourselves faced with another problem.  How to bring it to our bedroom without traces?  Mom never cleaned our room but made us doing it while watching us with the stare that kills, so we weren’t really worried about her coming in the room.  She loved drapes on windows and our room was no exception.  So we drilled a tiny hole in the ceiling right next to the drapes and kept the ends of the antenna hidden in it, ready to be unrolled at night when the radio would come out of the closet.  Bro was real good in finding the station on the galena.  Most of the time, the tiny needle didn’t move much and just need it slight adjustment.  We would listen late in the night, dreaming of others places to be, of other lives, of other everything.

 

 

Récemment j’ai décidé de vendre des affaires sur Ebay.com plutôt que sur la version française du site. Et a la fin de chaque description j’indiquais « Grandir a Piennes Lorraine » ce qui était une façon de montrer qui j’étais. Un jour je reçu une question au vendeur et a ma grande surprise, c’était un monsieur habitant non loin de Piennes qui avait eu une jeunesse très similaire a la mienne. Son voisin était a l’époque un Américain du 49e Fighter Bomber Wing basé a Etain mais qui vivait a Landres. Je lui passait mon numéro de téléphone et il appela. Bien entendu je ne ferai aucune référence a son nom. Il passa la semaine suivante et nous avons bavardé pendant plus de deux bonnes heures.

 

Nos vies avait suivi des chemins similaires. Nous avons fait de ces nombreuses bêtises de jeune ce que je raconterai dans le futur, et tout cela sans jamais nous rencontrer. A un moment je lui dis comment avec mon jeune frère nous écoutions une station radio pirate sur un bateau qui jouait vraiment de la bonne musique, alors qu’il naviguait dans les eaux internationales entre la France et l’Angleterre. Il éclata de rire et me dit;  « Radio Caroline ». C’était ça. Mon frère et moi écoutions cette station quasiment toutes les nuits sur un vieux poste a galène avec une énorme antenne cachée dans le grenier de la maison faite avec du fil de cuivre « volé » a la mine. En fait nous ne l’avions pas vraiment volé. C’était ce fil que les mineurs utilisaient pour joindre les détonateurs a la batterie pour faire exploser les nouvelles galeries et les gens l’utilisaient partout, tenir le grillage des poulaillers et tenir les tomates, haricots verts aux tuteurs et il en trainait partout.

 

En fait au départ l’antenne était dans notre chambre mais elle n’était pas suffisamment longue sans mentionner mère qui l’avait trouvée et détruite, en la prenant pour une nouvelle excuse pour nous punir. Nous décidâmes de la mettre dans le grenier ou personne ne se rendait jamais.

 

Le plus difficile fut de nous rendre dans le grenier, il n’y avait pas d’escalier et nous devions apporter une échelle a la trappe qui y conduisait. Mère nous surveillait comme un aigle, cherchant n’importe quelles excuses de nous punir. Mais nous eûmes de la chance avec nous. Elle fut invitée a une partie « tupperware » chez une de ses amies. Papa était au travail et grand-mère était au jardin prenant soin de ses plantes. Alors nous avons amené un escabeau en fer forgé fait maison au couloir situe sous la trappe du grenier et tout cela sans laisser de traces. L’escabeau entièrement fabriqué par mon oncle était très lourd fait d’acier de la mine et soudé avec des électrodes de la mine (oups).

 

La maison fait quasiment 10 mètres par 10 mètres de surface sur trois étages. Le grenier fait bien entendu la même taille (deuh). Nous avions besoin de clous pour y attacher les fils, mais je dois vous dire que c’était la plus longue antenne jamais construite par des enfants. Elle faisait au moins 1000 mètres de long. C’est la que nous dûmes faire face a un sérieux problème: comment faire amener les conducteurs jusqu’à a la chambre sans traces? Mère ne nettoyait jamais notre chambre mais nous forçait a le faire en nous surveillant avec le regard qui tue. Elle avait toujours aime les rideaux et notre chambre ne faisait pas exception. Donc nous avons perce un petit trou dans le plafond a leur niveau et les fils étaient cachés par les rideaux jusqu’à ce qu’ils soient déroulés et branchés la nuit venu quand la radio sortait du placard. Frangin était très doué pour trouver la station sur la galène. La plupart du temps la petite aiguille ne bougeait pas trop et elle nécessitait juste un léger ajustement. Nous écoutions très tard dans la nuit, rêvant d’autres endroits ou se trouver, d’autres vies, d’autres touts.

 


Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home4/omnicide/public_html/republiqueno6.com/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273