Growing up in Piennes Lorraine, the war years continued grandir a Piennes les annees de guerre 3

Posted by on August 27, 2014

Had not been for French cops and all the food restrictions like in the rest of the country, life in Piennes was almost normal, lots of work, and in Grandpa’s case listening to de Gaulle speaking on the BBC at night, shades over the windows in room lit by a candle, one of the kids translating, mostly mom, her older sister and brother both working and therefore needing sleep.  Grandpa had faith in the government abroad.  He had a hidden French flag above the radio with a “croix de Lorraine” sewn into it hidden behind a tapestry.  I don’t know what happen to it, it vanish I guess.  Mom never kept those things as she saw them as unimportant.  How silly.

More et

 

There wasn’t much in terms of resistance.  First most workers were immigrants and as such were seriously watched over.  They started feeling like such once the US army was near Verdun but certainly not before.  Around August 1944, the village idiot (or at least one of them) who was mostly known in town for stealing anything that wasn’t bolted or welded decided he would become a resistant.  A former sailor in the French Navy, he had managed to keep an  MAS 36 in the house.  How did he get it is strange because even French Army in 1939 received them in limited numbers.  Did I mention he had sticky hands?  Anyhow this is when he decided to rallied 10 or 12 kids and go for the only Panzer tank in town.  Two or three bursts of 30 cal machine gun from the tank later, a pile of dead heroes were laying to never get up again.  The main doofus who’s name will be withheld is now in the Piennes cemetery with a French flag above his head and received a posthumous medal.  I guess French like idiots so much they even keep electing them.

 

Earlier I was a critic of the man not the gun, I love the MAS 36.  It’s a excellent riffle.  With it’s 7.5 millimeter bore, it is a very good bolt action piece.  He was created to replace the Berthier and the Lebel who where slightly outdated.  Very accurate like lots of bolt actions carbine, I liked it better than those thingies the French created in the later years like the MAS 49 and the MAS 49-56.  OK I admit it’s kind of ugly but hey, I still like it.  Anyhow, no matter how good and how much I like the gun, I would have never taken it to fight a Panzer tank.  I’m not stoopid.  Few days later the Panzer was shot by soldiers of the American Army and everyone from the area wanted his picture taken near or on the tank.the panzer after

Some real heroes have been present in Piennes during the war, I can remember one Dad would often speak of during one or another holiday party at the house. He didn’t know his name, Grandpa never wanted to reveal it. Not because he was Polish, but because lots of local where anti-Semitic. The guy was not a Schindler by any means, he may have only 10 or 20 Jewish families. That is still a lot considering the guy’s position. Employed by the mine, under German control, with many folks ready to denounce him for helping Jews, his task was not minced for him. How did he do it? I don’t know. Although Dad often talked about it, Grandpa never revealed anything, fearing for his friend. Did Grandpa helped also?  Will never know.   But in France it pays to be an idiot, see photo below.scan0092

S’il n’y avait pas eu les flics, les restrictions alimentaires comme dans le reste du pays, la vie a Piennes était presque normale, beaucoup de travail et, comme ce fut le cas de Grand-père, écouter de Gaulle parler sur la BBC la nuit, avec les volets fermés dans une pièce éclairée d’une chandelle, et l’un des enfants traduisant, plus souvent le cas de maman car sa sœur et son frère ainés travaillaient et donc avaient besoin de sommeil. Grand-père avait confiance de le gouvernement qui se trouvait en Angleterre. Il avait un drapeau français au dessus de la radio avec une croix de Lorraine cousu dessus caché par une tapisserie. Je ne sais pas ce qu’il advint du drapeau, il a disparu. Mère n’a jamais gardé ce genre de chose qu’elle trouvait sans importance. Stupidité de sa part.

Il n’a pas eu de résistance a Piennes a proprement parler. Premièrement la plupart des travailleurs étaient des immigrants et donc sérieusement surveillée. Mais ils se réveillèrent lorsque les Américains arrivèrent du coté de Verdun, mais certainement pas avant. En aout 1944, l’idiot du village (tout au moins l’un d’entre eux) plus connu pour voler tout ce qui n’était pas boulonné ou soudé décida qu’il était un résistant. Ancien marin, il avait gardé par devers lui un MAS 36 chez lui. Comment avait-il fait reste étrange car cette arme avait été distribué en quantité limitée et même l’armée française de 1939 n’en reçu que très peu. Ai-je mentionné qu’il avait les doigts crochus? Pour en revenir a nos moutons, il entrepris de racoler une dizaine de gamins et s’en alla attaquer le seul Panzer de la ville. Deux ou trois rafales de FM calibre 30 venant du char plus tard, une pile de héros mort étaient couchés pour ne jamais se relever. Le corniaud en chef dont le nom sera retenu est maintenant au cimetière de Piennes avec un drapeau au dessus de la tete et a même reçu une médaille posthume. Je suppose que les français aiment les idiots, car même aujourd’hui ils continuent de les élire.

Plus haut je critiquais l’homme et non le MAS 36 que j’aime beaucoup. C’est une arme excellente. Avec son calibre de 7,5 c’est une très bonne carabine. Elle fut crée pour remplacer le Berthier et le Lebel qui commençaient a prendre de l’age sérieusement. Très précise comme toutes les carabines de ce genre, je l’aime plus que ces machins fabriqués en France dans l’après guerre comme le MAS 49 ou le MAS 49-56. D’accord je l’admet ce fusil ne gagnera pas de concours de beauté mais je l’aime beaucoup quand même. Toutefois, malgré tout, je n’aurai pas pris un fusil pour attaquer un Panzer. Je ne suis pas stoupide a ce point. Quelques jours plus tard des soldats de l’armée Américaine détruisit ce char d’assaut et tout les villageois se précipitèrent pour être pris en photo sur le tank.

Il y a eu de véritables héros a Piennes pendant la guerre. Durant une réception ou une autre je me souviens Père parler tres souvent a la maison. Il ne connaissait pas son nom. Grand-père n’ayant jamais voulu le révéler. Non pas parce qu’il était polonais, mais parce que de nombreux locaux étaient encore antisémites apres les faits. Le monsieur n’était en aucune manière un Schindler, il n’avait pu sauver qu’entre 10 et 20 familles juives. Mais c’est énorme lorsque l’on prend en compte de sa situation personnelle. Il travaillait a la mine, sous contrôle allemand, et toute une foule de personne prêtent a le dénoncer pour avoir aider des juifs. Ses sauvetages étaient tres dangereux. Comment a t’il fait? Nul ne le saura jamais. Et bien que Père parla souvent de ce monsieur Grand-père ne révéla jamais rien. Est-ce que ce dernier aida un peu? On ne le saura pas non plus. Mais en France cela paye plus d’être un idiot qu’un héros voir dernière photo.

 

Image courtesy of Paracelse | République No.6

Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home4/omnicide/public_html/republiqueno6.com/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273