Growing up in Piennes Lorraine, the war years continued grandir a Piennes les annees de guerre 2

Posted by on August 18, 2014

In the last post I mentioned the Germans were older vets who had served during one war already and weren’t really into serving a second sentence. I know in movies we see those guys pushing French folks (and other nationalities also) with the butts of their riffles. But not in Piennes. Not in the area period.  I’m not saying it was clubmed but still, the situation was not as bad as elsewhere in France.

more et

This is actually an interesting point. This part of France is riddled with iron ore mines and very close by foundries. Very important strategic use isn’t it? Not one bomb has fallen on the area and the workers were treated relatively fairly by the occupant. When I said no one bomb I meant neither Axis nor Allied bomb fell around. Isn’t that special.

In 1940, my grand-parents their kids and all the neighbors attempted to run from the invaders. Grandpa attached a wooded cart he had bought from a fleeing family from Luxembourg to a horse driven carriage belonging to the farmer from across the street called “tombereau”, don’t ask me why.  Tomber means to fall, and I guess the cart could tilt towards the back until its content fell to the ground.  They made to a small town near Nancy where they were told to turn around and go back to their respective villages.  No shooting, no shouting even.  Mom was telling how a German soldier came to her (she was only 14) and gave her a piece of chocolate.  She never had chocolate before.  A woman from Piennes had told her never to accept food from a German because it would be poisoned.  Mom remembered and refused the chocolate also she was tempted.  The soldier smiled, opened the package, took a bite and gave her the rest.  Mom unhappily shared with her siblings.

the cart grandpa purchased from the running away family from Luxembourg.

the cart grandpa purchased from the running away family from Luxembourg.

French cops were nastier than the Germans to the entire population regardless of ethnicity and were chasing them all the time, particularly at night.  There wasn’t any coal to cook or worse heating the house.  Summer are hot here, but winter were colder then that they are now (no I don’t believe in global warming.  Our ancestors the Celts were fighting naked only wearing blue paint.  In England grapes were growing in England way past the turn of the millenium.  Earth is living entity and as such changes despite what greentards are claiming).  On Saturday night the entire family guided by grandpa who had Sunday off would take their wooden cart with perfectly greased wheels (they still turn without squicky noises today) and go 15 miles away in a forest called Forest de Rouvres.  It still exists today.  They would go pick wood to bring back home.  On it they could place enough to keep the house warm for a week.  Sometimes when they would run short, grandma would take the kid to a small wooden place about 500 yards from the house.  It was there the French cops would hide and shoot at anyone they were able to see.  Sometimes one can wonder who was really the enemy.

Grandma didn’t speak french very well.  But she did pick up quickly on the slang used by the youth.  Back then cops were called “hirondelles”, swallow.  Wonder why!  They weren’t very quick back then just as they aren’t quick today.  Except to give tickets but not really to catch the bad guys.  Come on bad guys have guns and our captain courageous wouldn’t risk their life for something important.  Anyhow, grandma didn’t want anyone to understand so when she saw a cop she would call her son to watch out:  “Leon jaskulki (swallows in Polish).  I guess she must have been good, she was never picked up nor shot by those bastards.

 

 

Dans mon dernier post j’ai mentionné que les allemands de l’occupation étaient déjà des vétérans qui avaient servi lors d’une guerre et n’étaient guere motivés pour en servir une seconde. Je sais, dans les films on voit les français (et les gens d’autres nationalités également) bousculés a coups de crosse de fusils. Mais pas a Piennes! Pas dans la région point barre. Ce n’était pas le club med bien sur mais la situation n’était pas aussi mauvaise qu’ailleurs en France.

 

Ce qui démontre un point intéressante. Toute cette partie de la France est criblé de mines de fer et tout prés il y avait des fonderies qui s’occupait de transformer le minerai. Un important point stratégique en somme n’est il pas? Pas une bombe n’est tombée dans la région et les ouvriers étaient traités d’une façon relativement fair. Quand je dis aucune bombe, je veux dire aucune bombe de l’Axe pas plus que celles des Alliées. N’est ce pas vraiment spécial?

 

En 1940 mes grand parents, leurs enfants ainsi que les voisins tentèrent de fuir devant l’envahisseur. Grand-père attacha un chariot (voir photo) qu’il avait acheté a des luxembourgeois eux-mêmes en fuite au tombereau du fermier d’en face . Ne me demandez pas pourquoi cela s’appelle un tombereau. Peut-être parce qu’il suffit de le détacher du cheval pour qu’il bascule et que son contenu tombe. Ainsi ils sont arrivés dans un petit village proche de Nancy ou ils ont reçu l’ordre de repartir d’où ils venaient. Pas de coups de feu, pas même un cri. Mère nous racontait comment un soldat allemand lui avait offert du chocolat. Elle n’en avait jamais mangé auparavant. Une Piennoise lui avait dit qu’il ne fallait jamais accepter quoi que ce soit d’un allemand parce que cela serait probablement empoisonné. Mère s’en est souvenue et a refusé l’offre bien qu’elle soit tentée. Le soldat sourit, ouvra l’emballage, mordit dans la barre et lui donna le reste qu’elle dut partager avec ses frères et sœurs a son grand dam.

 

Les gendarmes français étaient pire que les allemands pour toute la population locale sans regard pour leurs origines ethniques et les poursuivaient tout le temps particulièrement la nuit. Il n’y avait pas de charbon pour cuisiner ou pire chauffer la maison. Le charbon étant réservé aux fonderies. Les étés ici sont chaud mais les hivers étaient plus rude qu’il ne le sont maintenant (non je ne crois pas au réchauffement climatique, Nos ancêtres les Celtes se battaient nus ne portant que de la peinture bleue,. En Angleterre les raisins poussaient et donnaient du vin bien plus tard que le premier millénaire. La Terre est une entité vivante et en tant que tel change, n’en déplaise aux ecolos). Le samedi soir toute la famille sous la tutelle de grand-père qui ne travaillait pas le dimanche tirait le chariot de bois (photo plus haut) dont les roues étaient parfaitement graissées pour éviter les grincements et allaient a plus de 20 kilomètres de la, dans un bois qui se nomme la Foret de Rouvres. Elle existe encore aujourd’hui. Ils ramassaient du bois qu’ils rapportaient ensuite a la maison. Dessus ils pouvaient entasser suffise ment de bois pour chauffer la maison une semaine. Quelques fois, s’il venait a en manquer, grand-mère prenait les enfants dans un petit coteau boisé a peu pres a 500 mètres de la maison. C’était la que les gendarmes venaient pour tirer sur ceux qui cherchaient a se chauffer. Il m’arrive de me demander qui était vraiment l’ennemi.

 

Grand-mère ne parlait pas tres bien français. Mais elle avait glané des expressions argotiques ici et la des jeunes de la rue. A l’époque le surnom des policiers etait « hirondelle », j’ignore pourquoi parce qu’ils ne sont pas vraiment très rapides tout comme ils ne le sont pas encore aujourd’hui pour attraper les truands. Ils préfèrent donner des P.V.. Hey il faut avouer que les méchants ont des flingues et nos capitaines courageux ne vont pas risquer leur vie pour quelque chose d’important. Je disais donc que lorsque grand-mère ne voulant pas être comprise, quand elle voyait un flic, elle appelait son fils en chuchotant « Leon Jaskulki » (hirondelles en Polonais). Je suppose qu’elle devait être très doué car elle ne s’est jamais faite prendre ni tirer dessus par ces salauds.

 

Image courtesy of Paracelse | République No.6

Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home4/omnicide/public_html/republiqueno6.com/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273