Growing up in Piennes Lorraine “Swann’s way”, grandir a Piennes, “Du cote de chez Swann”

Posted by on August 3, 2014

Nothing brings back memory like smell or taste. I am certainly not the first one who said so.

Many years had elapsed during which nothing of Combray, save what was comprised in the theatre and the drama of my going to bed there, had any existence for me, when one day in winter, on my return home, my mother, seeing that I was cold, offered me some tea, a thing I did not ordinarily take. I declined at first, and then, for no particular reason, changed my mind. She sent for one of those squat, plump little cakes called “petites madeleines,” which look as though they had been moulded in the fluted valve of a scallop shell. And soon, mechanically, dispirited after a dreary day with the prospect of a depressing morrow, I raised to my lips a spoonful of the tea in which I had soaked a morsel of the cake. No sooner had the warm liquid mixed with the crumbs touched my palate than a shudder ran through me and I stopped, intent upon the extraordinary thing that was happening to me. An exquisite pleasure had invaded my senses, something isolated, detached, with no suggestion of its origin. And at once the vicissitudes of life had become indifferent to me, its disasters innocuous, its brevity illusory – this new sensation having had on me the effect which love has of filling me with a precious essence; or rather this essence was not in me it was me. I had ceased now to feel mediocre, contingent, mortal.

more here
Well for me it wasn’t a cookie (Madeleine).  Few days ago, I went to my cousin’s home to install a outdoor light, her hubby being absent.  To thank me she gave me few cucumbers, tomatoes, potatoes and green beans from her garden.  I set them in the fridge and almost forgot about it until today Sunday.  I made roasted baby tatters with cucumber and tomato salad and since she gave me also couple fresh eggs from her own chicken, an ham and cheese omelette was also on the menu.  The taste of the spuds, so tender and almost sweet, the earthy taste of cucumber and the delicate flavor the tomatoes spiced with shallots and garlic in a cider vinegar vinaigrette brought many memories back, the days when everybody in town had a garden, some chicken and rabbits, some ducks or pigeons and even turkeys like our neighbor.  Yards were not covered in grass you had to mow every ten days.  Every  body was growing a garden with all sort of veggies:  peas carrots beets, you name it it was growing in one garden or another.

One of my favorite dishes back then was called “Jardiniere de legumes”. Jardin in French means garden. Jardiniere meaning I guess coming from the garden. To make it is very simple: Take some chicken broth, bring it to a boil, add new potatoes first since they cook longer then add all the baby veggies when the spud are nearly cooked. Cook for five minutes, strain it. Mom use to serve the broth first with some croutons, then came the vegetables with usually a roast of some sort or a rabbit. She use to top the vegetables with “Creme Fraiche”.

Well no “jardiniere” for me today but the taste of all this fresh grown food just remind it me how healthier was our living back then.  Today, I have 1/4 of an acre of useless grass which I have to mow regularly.  Of course I could grow a garden myself but my thumb isn’t really that green.  Also when I was a kid grandma wouldn’t let us go in the yard to do anything.  This awesome old lady was able to work in the garden without bending her knees well into her late 80’s. And she would do so for more than 8 hours a day, not to mention all other chores she did all day.

 

Dad was just taking care of alfalfa for the rabbits.  He also grew sugar beets to feed them in the winter.  All this after working 8 hours 1800 feet underground.  Some years he would grow corn for the chickens and his pigeons.  He was raising champion pigeons for show but also for food.  For a few years he even raised pheasants but when he noticed local foxes were getting the best share of them he quit.  Sometimes he would even say that those foxes were so smart they could walk on two legs and knew when he was working afternoon shift and wasn’t home.  As kids we would go to the field with him to help him carrying the grass home.  He even taught me how to sharpen and use a scythe.  Could I be the last one who knows how?  I still have the special tool to hammer the metal and make it so thin you could shave with it, if it wasn’t so long and curvy.  And I still have his scythe.  Of course I had to change the wooden handle the old one being rotten.

 

Usually after potato harvest in late August the kids would wait for the top part of the potato plant to dry then burn them.  We would toss tatters in the fire let them cook.  Often we would be in such hurry to eat them we would do so as the were still half raw.  It was hilarious.  Parents would let us do it.  We would stink smoke for days even after a bath.

 

Today no one (or nearly no one) who’s not a farmer grows their own spuds in France.  No one grows veggies.  By golly they are too tired, after all they were at work for 35 hours a week.  Noticed I didn’t say they worked for 35 hours a week, just that they were present there.  Heck it’s even illegal to burn potato tops now.  So much fun vanished in this “modern” social dictatorship.  If it is still legal to have chicken, it’s illegal to have rooster, national emblem since he could wake up those brave folks on welfare and who are still sleeping in the morning after a long night of partying or dealing.  As the cost of life is increasing thousand fold each year it seems that everything that is still free is becoming forbidden.  So sad.

Going through old photo album I found this picture with grandma and a cousin but the well tended garden is clearly visible.  That was then!the garden

Il n’y a rien de mieux pour raviver les souvenirs que l’odorat et le goût. Je ne suis certes pas le premier a le dire:

II y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n’était pas le théâtre et le drame de mon coucher, n’existait plus pour moi, quand un jour d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d’abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. II m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel.

plus ici

Pour moi ce ne fut pas une madeleine. Il y quelques jours de cela je m’étais rendu chez ma cousine pour y installer une lampe d’extérieur, son petit mari n’étant pas présent pour le faire. Pour me remercier elle me donna quelques concombres des tomates des pommes de terres de son jardin. De retour chez moi je les ai mis au frigo et j’ai les avait presque oublie jusqu’à ce jour dimanche. Je rissolais les petites pommes de terres et préparais une salade de concombre et de tomate. Et comme elle m’avait également donné des œufs frais j’ajoutais une omelette au jambon et fromage au menu. Le goût de ces tubercules tout jeunes si tendres et presque sucrés, la saveur des concombres légèrement amères, la délicatesse des tomates avec juste une pointe d’échalote et d’ail dans vinaigrette au vinaigre de cidre amena de nombreux souvenirs en tête, de ces jours ou tout le monde dans le village avait un jardin, des poules des lapins, quelques fois des canards ou des pigeons, ou mêmes des dindes comme notre voisin. Les jardins n’étaient pas couvert de gazon qu’il faut tondre tous les dix jours. Il y avait des petits pois des carottes des betteraves rouges, tout ce que vous voulez poussait dans un jardin ou un autre.

L’un de mes plats favoris en ce temps la s’appelait « jardinière de légumes ». La faire est en fait très simple: prenez un bouillon de volaille bouillant, ajoutez y des jeunes pommes de terre en premier car elles mettent plus longtemps a cuire, puis cinq minutes avant la fin de leur cuisson ajouter tous les légumes jeunes pousses que vous avez pu cueillir ou déplanter, passer a l’écumoire. Maman servait le bouillon d’abord avec des croutons puis les légumes avec généralement un roti ou un lapin. Elle avait l’habitude de couvrir les légumes de crème fraiche.

Bon pas de jardinière pour moi aujourd’hui mais le saveur de ces légumes frais me rappela a quel point notre nourriture était plus saine autrefois. Aujourd’hui j’ai douze ares de terre que je dois tondre régulièrement. Bien sur je pourrai planter un petit jardin mais je n’ai pas vraiment un pouce vert. De plus étant enfant je n’ai jamais appris a le faire, grand-mère ne nous laissant pas approcher « son » jardin. Cette fantastique vieille dame était capable de travailler au sol sans plier les genoux jusqu’à plus de 80 ans. Et elle pouvait le faire pour plus de 8 heures par jour, sans mentionner les autres corvées qu’elle s’imposait.

Au jardin papa ne s’occupait que de la luzerne pour les lapins. Il plantait aussi des betteraves a sucre pour les nourrir l’hiver. Tout cela après avoir passée 8 heurs a 600 mètres sous la terre. Certaines années il plantait du maïs pour les poules et les pigeons. Il élevait des champions pour les shows mais aussi pour la consommation. Pendant quelques années il éleva même des faisans mais quand il s’aperçu que les renards avaient souvent la meilleure part il abandonna. Parfois il disait même que ces bestioles étaient si intelligente qu’elles pouvaient marcher sur deux pattes et savait quand il travaillait du poste de l’après-midi et qu’il n’était pas a la maison. Enfant nous allions avec lui au champs pour l’aider a ramener l’herbe des lapins. Il m’apprit comment aiguiser et manier une faux. Aujourd’hui je suis sans doute l’un des dernier posséder cette connaissance. L’outil spécial sur lequel on martèle doucement le tranchant de la faux pour rendre la lame si fine que l’on pourrait se raser avec si elle n’était pas si longue.. ni si courbée est toujours dans l’écurie avec cette faux. J’ai juste eu a changer le manche qui était pourri.

Généralement après avoir ramasse les patates vers la fin du mois d’aout, les enfants attendaient que les fanes soient sèches pour les bruler. Nous y jetions les pommes de terre pour les cuire. Souvent nous n’attendions même pas qu’elles soient complètement cuite pour les manger. C’était hilarant. Les parents nous laissaient faire. On puait la fumée malgré les bains.

Aujourd’hui quasiment personne qui n’est pas un paysan professionnel ne fait pousser ses patates en France. Personne ne fait pousser de légumes. Mon dieu après tout ces gens vont au travail pour 35 heures. Il faut noter que j’ai écrit qu’ils vont au travail, pas qu’ils travaillaient pour 35 heures par semaines. Désormais c’est même illégal de bruler des fanes si on en avait. Tellement de joies innocentes ont disparu dans cette dictature sociale. S’il est encore légal d’avoir des poules, il est interdit d’avoir un coq emblème de la nation .puisqu’il pourrait éveiller ces braves gens au RSA qui dorment encore le matin après une longue nuit de java et de « deal ». Avec un cout de la vie qui augmente a une vitesse vertigineuse chaque année, il semble que tout ce qui était encore gratuit devient interdit. Quelle tristesse!

Regardant de vieilles photos dans l’album, j’en ai trouve une avec ma grand-mère et ma cousine mais on voit très bien le jardin bien entretenu. C’était avant!

Image courtesy of Paracelse | République No.6

Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home4/omnicide/public_html/republiqueno6.com/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273